CONSEILLER.ÈRE EN DÉFENSE DE DROITS – Poste régulier, temps plein

POSTE À COMBLER AU COMITÉ CHÔMAGE DE MONTRÉAL

RÔLE

Sous la supervision du coordonnateur du CCM, le.la conseiller.ère participera au travail d’information et de défense des droits des chômeur.euse.s, par le biais d’un service téléphonique offert à la population, ou par des rendez-vous en personne aux locaux du Comité et l’ouverture de dossiers aux fins de représentation de personnes lésées dans leurs droits.

De plus, la personne engagée sera amenée à soutenir le travail organisationnel du Comité, que ce soit au niveau du travail de communications ou en soutien à des activités particulières.

QUALIFICATIONS REQUISES

  • Aptitudes et connaissances en droit ou en travail social ou autre domaine connexe;

  • Grand sens de l’organisation et de la planification, souci du détail;

  • Autonome, sens de l’initiative;

  • Bonne connaissance du français parlé et écrit; anglais fonctionnel; connaissance d’une 3e langue, un atout;

  • Capacité à travailler sous pression;

  • Bonne maîtrise de l’informatique (Mac) et des médias sociaux.

CONDITIONS D’EMPLOI

Poste : régulier – temps plein (probation de 3 mois)

Salaire et avantages sociaux : salaire de base annuel de 35 000 $, avec avantages sociaux (régime de retraite, assurances collectives, vacances).

Vous pouvez faire parvenir votre CV à l’adresse courriel suivante, jusqu’au vendredi 3 avril 2020, 17h, au plus tard :

ccm@comitechomage.qc.ca

Version PDF de l’offre d’emploi

Le CNC lance la campagne: « L’assurance-chômage doit changer »

MONTRÉAL, le 22 janvier 2020 – Le Conseil National des Chômeurs et Chômeuses (CNC) lance la première phase de sa campagne « L’assurance-chômage doit changer ». Une campagne en crescendo qui se déclinera sur les médias sociaux, afin de sensibiliser les décideur.se.s et la population et faire accroître le soutien envers les propositions du CNC visant un régime sensé et plus protecteur des travailleur.se.s.

Le programme canadien d’assurance-chômage (aussi appelé « assurance-emploi ») offre des protections déficientes quand on le compare avec les programmes d’autres pays dans le monde, notamment quant à la norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays avec une telle norme) ainsi que les prestations maladie, qui sont parmi les moins généreuses des pays du G7.

Il faut aussi s’assurer de mettre en place un critère d’admissibilité qui permette aux travailleur.se.s de l’industrie saisonnière de se qualifier aux prestations, et de faire disparaître le « trou noir ».

Ainsi, la campagne que lance le CNC met de l’avant trois revendications :

« L’assurance-chômage doit retrouver sa fonction première, soit celle de protéger les travailleur.se.s en leur assurant une sécurité économique entre deux emplois, et refléter les nouvelles réalités des du monde du travail », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du CNC.

Fondé en 2005, le CNC est la force organisée rassemblant les groupes œuvrant à la défense et à la promotion des droits des chômeur.se.s et des travailleur.se.s du Québec et du Nouveau-Brunswick. Le fondement de son activité et de son action vise la mise en place d’un régime d’assurance-chômage juste et d’accès universel.

PARTAGER NOS REVENDICATIONS PAR COURRIEL ET SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX!

Page de la campagne
Facebook et Twitter
Version PDF du communiqué
L’Incisif – Édition Spéciale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Le monde a changé L’assurance-chômage doit changer

Clermont, Charlevoix, jeudi 3 octobre 2019 – C’est à l’unisson que le porte-parole du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC), Pierre Céré, ainsi que la directrice du Mouvement Action-Chômage de Charlevoix, Julie Brassard, réitèrent la nécessité d’une réforme en profondeur du programme d’assurance-emploi, de façon à assurer de meilleures protections pour le monde du travail.

Version PDF du communiqué de presse.

Ramener l’assurance-emploi à sa fonction première : protéger les travailleurs

Le CNECC, qui a lancé une campagne le 22 septembre dernier sur l’ensemble du territoire québécois et celui du Nouveau-Brunswick, a demandé à rencontrer les différents partis politiques pour connaître leurs engagements en la matière.

Cette première rencontre que nous avons aujourd’hui avec le Parti libéral du Canada, soit la candidate dans la circonscription de Beauport-Côte-de-Beaupré-île d’Orléans-Charlevoix, Madame Manon Fortin, et le Ministre sortant responsable du programme d’assurance-emploi, Monsieur Jean-Yves Duclos, est donc la bienvenue.

Nous prenons acte des engagements du Parti libéral du Canada, tout particulièrement sur les questions concernant : 1) les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière et 2) celle de la durée des prestations maladie.

Le Parti libéral du Canada s’engage à améliorer le projet pilote visant les travailleurs et travailleuses de l’industrie saisonnière et rendre ce programme permanent, tout en « tenant compte des réalités terrain, plus particulièrement dans les régions rurales et diversifiées ». D’autre part, le Parti libéral du Canada envisage, pour la première fois depuis leur création en 1971, d’augmenter la période de prestations maladie de 15 à 26 semaines.

Nous prenons acte de ces engagements. Nous les saluons comme des avancées, tout en soulignant à grands traits qu’il reste beaucoup de chemin à faire.

Ainsi, si le programme libéral évoque la volonté d’améliorer les mesures visant le monde saisonnier, il faut s’assurer de faire disparaître le « trou noir » que des dizaines de milliers de travailleurs et de travailleuses de l’industrie saisonnière vivent. Il faut aussi s’assurer de mettre en place un critère d’admissibilité à l’assurance-emploi qui leur permette de se qualifier aux prestations. Il faut protéger nos régions. Il faut protéger les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière, particulièrement dans les zones où l’emploi disponible est à prédominance saisonnière.

D’autre part, augmenter la période de prestations maladie de 15 à 26 semaines aidera beaucoup de monde aux prises avec des problèmes de santé. Par contre, là aussi on risque de laisser des gens de côté : ceux et celles aux prises avec une maladie grave, dont les traitements sont souvent longs. Nous pensons entre autres aux personnes atteintes d’un cancer. C’est pourquoi nous réitérons la nécessité d’un programme de prestations maladie pouvant aller jusqu’à 50 semaines pour les personnes atteintes d’une maladie grave.

Nous rappelons aussi que le programme canadien d’assurance-emploi offre des protections déficientes quand on le compare avec les programmes d’autres pays dans le monde : la norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays au monde avec une telle norme), le taux et la période de prestations plus faibles qu’ailleurs, les sanctions rattachées aux motifs de fin d’emploi parmi les plus sévères au monde. La liste est longue.

Nous vivons toujours sous le coup des grandes mesures de compression imposées dans les années 1990 par les deux gouvernements au pouvoir à cette époque. Depuis 2015, l’actuel gouvernement a permis certaines avancées partielles, mais il faut aller plus loin, et repenser le programme d’assurance-emploi, pour qu’il assure de meilleures protections couvrant l’ensemble des réalités du monde du travail.

Une solide campagne publique

Le Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) mènera une campagne non partisane pendant toute la période électorale et ce, dans toutes les régions du Québec et du Nord du Nouveau-Brunswick, appuyé par des milliers de pancartes et autres outils publicitaires. Nous espérons pouvoir rencontrer les représentants et représentantes des autres partis politiques pour connaître leur programme en la matière, et leur faire part de nos propositions.

– 30 –

Version PDF du communiqué de presse.

Source :
Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses

Informations :
Pierre Céré, CNC, 514 606-4074
Julie Brassard, MAC Charlevoix 418 617-1531

COMMUNIQUÉ DE PRESSE | Le monde a changé L’assurance-chômage doit changer

Version PDF du communiqué de presse

Montréal, dimanche 22 septembre 2019 – C’est à l’unisson que les représentants et représentantes du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) réclament une réforme en profondeur du programme d’assurance-emploi, de façon à assurer de meilleures protections pour le monde du travail.

Pour mener à bien cette campagne, le CNECC s’est inscrit comme « Tiers » auprès du directeur des élections du Canada (nº d’enregistrement : 1125-2019-GE-TP-0032), et il déploiera sur l’ensemble du territoire québécois ainsi que celui du Nouveau-Brunswick, une large panoplie d’outils de communication et de publicité, dont une pancarte de type électoral, des capsules vidéo thématiques et une campagne de publicité dans les journaux.

Les leaders de cette coalition, soit Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC); Fernand Thibodeau, du comité « Aide et soutien aux travailleuses et travailleurs des secteurs saisonniers de la Péninsule Acadienne »; Gilles Charland, directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS); Jack Picard, de la Première Nation Innu de Pessamit ainsi que Marie-Hélène Dubé de la campagne « 15 semaines, ce n’est pas assez! » et Sylvie Therrien, fonctionnaire congédiée à la Commission d’assurance-emploi pour avoir dénoncé le système de quotas, ont insisté en conférence de presse pour réitérer l’importance des changements réclamés à l’assurance-emploi.

Un programme dépassé par les réalités du monde du travail

Gilles Charland, directeur général de l’AQTIS, a témoigné que « la main-d’œuvre à statut temporaire, entre autres les équipes techniques de l’industrie du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias subissent de nombreux problèmes avec l’assurance-emploi, voire ne réussissent carrément pas à se qualifier. Dans un milieu comme le nôtre où le travail à la pige est la norme et où la main-d’œuvre doit être disponible à très brève échéance, et parfois pour des contrats de « travail autonome », l’assurance-emploi est trop souvent synonyme de casse-tête et de tracasseries administratives sans fin. En d’autres mots, ce régime de protection sociale, pour lequel nous cotisons, ne joue plus le rôle qui lui avait été confié à l’origine. »

Ramener l’assurance-emploi à sa fonction première : protéger les travailleurs

Pour la Coalition réunie au sein du CNECC, il ne fait aucun doute que le programme de l’assurance-emploi doit retrouver sa fonction première, soit celle de protéger les travailleuses et les travailleurs en leur assurant une sécurité économique entre deux emplois.

Fernand Thibodeau, porte-parole du comité des saisonniers de la Péninsule Acadienne, l’ASTS, mènera une intense activité de campagne, partout au Nord du Nouveau-Brunswick : « Les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière sont affectés par un programme d’assurance-emploi qui est difficile d’accès et qui verse de trop courtes périodes de prestations, insuffisantes pour des régions où l’emploi est surtout de nature saisonnière. » Jack Picard, de la Communauté Innue de Pessamit soulève que les gens de sa communauté vivent les mêmes problèmes : « Des problèmes d’accès à l’assurance-emploi, des périodes de prestations très courtes et des services éloignés de notre monde, méconnaissant de nos réalités. »

Marie-Hélène Dubé mène depuis 10 ans un combat acharné afin que les prestations maladie soient bonifiées. « 15 semaines, ce n’est pas assez pour ceux et celles qui doivent traverser l’épreuve de leur vie, c’est-à-dire une maladie grave comme le cancer. On doit pouvoir se soigner dans la dignité! » Madame Dubé rappelle d’ailleurs que le volet « prestations maladie » créé en 1971 n’a jamais été bonifié depuis lors.

Quand on compare le programme d’assurance-emploi canadien avec celui d’autres pays dans le monde, ceux du G7 par exemple, on constate que le nôtre est déficient, et à caractère arbitraire sur de nombreux aspects : norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays au monde avec une telle norme), taux et période de prestations faibles, l’un des pays les plus durs en termes de sanctions rattachées aux motifs de fin d’emploi. La liste est longue.

Pierre Céré, porte-parole du CNC, souligne le fait que nous vivons toujours sous le coup des grandes mesures de compression imposées dans les années 1990 par les deux gouvernements au pouvoir à cette époque. Depuis 2015, l’actuel gouvernement a permis certaines avancées partielles, mais il faut aller plus loin, et repenser le programme d’assurance-emploi, pour qu’il assure de meilleures protections couvrant l’ensemble des réalités du monde du travail.

Les différents représentants de la Coalition se sont solidarisés avec Sylvie Therrien, fonctionnaire congédiée par la Commission d’assurance-emploi et lanceuse d’alerte, considérée comme une paria pour avoir courageusement dénoncé le système de quotas mis en place par le Ministère afin de récupérer des sommes d’argent sur le dos des prestataires de l’assurance-emploi : « On demandait à chaque agent de trouver le moyen de refuser 485 000 $ de requêtes de prestations par année. Il fallait trouver des raisons, même si les dossiers étaient en règle. Mon supérieur me mettait de la pression chaque matin », a-t-elle déclaré. Ce système de quotas a été élaboré avec une approche discriminatoire de profilage et a eu pour conséquence de briser la sécurité financière de milliers de personnes, sinon leur santé tout cours. Sylvie Therrien doit être reconnue par le gouvernement fédéral comme lanceuse d’alerte, et de ce fait dédommagée financièrement pour le préjudice personnel qu’elle a subi.

Une solide campagne publique

Le Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) mènera campagne pendant toute la période électorale et ce, dans toutes les régions du Québec et du Nord du Nouveau-Brunswick, appuyé par des milliers de pancartes et autres outils publicitaires. Des rencontres ont été demandées avec les chefs des partis politiques afin de connaître leurs engagements sur le sujet.

– 30 –

 

Version PDF du communiqué de presse

 

Source :
Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses avec
CNC, ASTS, AQTIS, Communautés Innus de Pessamit et de Essipit

 

Informations :
Pierre Céré, CNC, 514 606-4074
Fernand Thibodeau, ASTS, 514 927-8807

Tribunal de la sécurité sociale : induire en erreur, et à plusieurs égards

Par Pierre Céré
Porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses

 

En réponse au texte de Dominique M. Bellemare, « TSS : le ministre joue au pyromane-pompier », publié le 1er août dernier dans le journal La Presse (https://www.lapresse.ca/debats/opinions/201907/31/01-5235798-tribunal-de-la-securite-sociale-le-ministre-joue-au-pyromane-pompier.php)

 

Dans un texte publié récemment dans La Presse, l’ancien vice-président du Tribunal de la sécurité sociale (TSS), M. Dominique M. Bellemare, réfère à moi et à une entrevue accordée au Devoir en septembre 2017, pour justifier sa critique des changements annoncés par le Ministre Duclos au niveau des tribunaux administratifs de l’assurance-emploi. Continuer la lecture de « Tribunal de la sécurité sociale : induire en erreur, et à plusieurs égards »

Condition des saisonniers : il y a urgence! Action simultanée « Arbre de Noël »

URGENT / COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Condition des saisonniers : il y a urgence!

Action simultanée « Arbre de Noël »

Version PDF du communiqué de presse

29 novembre 2018 – Ça va être Noël bientôt… Mais ce ne sera pas le même Noël pour tout le monde! C’est le message envoyé par une coalition réunissant des groupes de chômeurs de la Péninsule Acadienne, de Charlevoix, de la Côte-Nord et des syndicats de cette dernière région ainsi que du Bas-St-Laurent, qui sont allés planter un sapin de Noël devant les bureaux de chômage de Rimouski, La Malbaie, Forestville, Baie-Comeau, Sept-Iles, Tracadie-Sheila, Miramichi, Caraquet, Shippagan et Richibouctou, en ce 29 novembre, afin de rappeler la condition des travailleurs et travailleuses de l’industrie saisonnière.

Particulièrement dans les régions soulignées, mais ailleurs au Québec et au Canada aussi, des populations entières vivent et travaillent en fonction d’une économie saisonnière qui laisse de nombreuses personnes en situation de chômage à la fin de la saison. Pour nombre d’entre eux et d’entre elles, il est souvent difficile de se qualifier aux prestations d’assurance-emploi en raison de règles fondées sur des régions administratives au découpage arbitraire qui déterminent l’admissibilité mais aussi le nombre de semaines de prestations accordées qui va d’ailleurs en diminuant.

De nombreuses personnes, des familles entières, devront vivre très bientôt avec la réalité du « trou noir », c’est-à-dire se retrouver sans prestations de chômage, ni travail avant la reprise de la prochaine saison. Les difficultés sont réelles. Énormes. Et les dernières mesures du gouvernement, si elles ont représenté un pas dans la bonne direction en accordant 5 semaines de prestations supplémentaires aux saisonniers de 13 régions désignées au Canada, demeurent insuffisantes. « La période des Fêtes, synonyme de plaisir et d’abondance pour la majorité, permettra peut-être à cette même majorité de prendre conscience de la pauvreté qu’engendre le trou noir pour les travailleurs saisonniers de la région. Dans un pays aussi riche et développé que le Canada, cette situation est tout à fait inacceptable et doit changer. Le gouvernement a tout ce qu’il faut pour agir. Qu’attend-t-il ? » a indiqué Line Sirois d’Action-Chômage Côte-Nord en marge de l’activité de mobilisation organisée aujourd’hui au bureau de Service Canada.

Pour Julie Brassard, du Mouvement Action-Chômage de Charlevoix, « il faut faire plus, il faut protéger nos régions, protéger l’industrie saisonnière, protéger notre monde ; l’hiver, il n’y a pas d’autres emplois disponibles ici, il faut s’assurer que les gens aient suffisamment de prestations de chômage jusqu’à la reprise de l’emploi. Ces 5 semaines de plus sont un bon début, mais ce sera insuffisant pour vraiment régler le problème. Des gens vont continuer à vivre le trou noir ».

Fernand Thibodeau, du Comité d’action sur l’assurance-emploi pour les travailleurs saisonniers du Nouveau-Brunswick, souligne la proposition mise de l’avant par la Coalition Québec-Nouveau-Brunswick : « Nous voulons que les régions qui vivent avec une économie saisonnière soient déclarées régions protégées et que les saisonniers de ces régions bénéficient de mesures d’exception :

  • avec un critère d’admissibilité fixé à 420 heures
  • une période de prestations suffisante pour éviter le trou noir, avec un plancher de 35 semaines, et un diviseur fixé à 12. »

Une alliance entre le Québec et le Nouveau-Brunswick a été formée pour revendiquer ce statut de « régions protégées » auprès du ministre responsable du programme d’assurance-emploi, l’Honorable Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.

Pour Guillaume Tremblay et Nancy Legendre, respectivement président et présidente du Conseil Central CSN Côte-Nord et du Conseil Central CSN du Bas-Saint-Laurent « la condition des saisonniers est l’affaire de tous. C’est un enjeu économique pour nos régions, d’où l’urgence d’y apporter une solution porteuse et permanente. »

Les deux dirigeants syndicaux nous rappellent d’ailleurs que « les deux tiers des saisonniers vivent dans l’Est du Canada, parce que l’industrie saisonnière, pour l’essentiel, se trouve dans l’Est du Canada, et principalement dans un certain nombre de régions, comme la Péninsule Acadienne, la Côte-Nord, Charlevoix, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et d’autres. »

Depuis l’année dernière, nous assistons, dans ces régions, à une véritable mobilisation des saisonniers. MOBILISÉS parce qu’affectés par des protections insuffisantes en matière d’assurance-emploi; par une réalité dramatique qui s’appelle le trou noir; parce que l’emploi saisonnier s’impose aux règles qui dominent l’économie de ces régions; parce que fiers d’être des saisonniers, fiers de leur emploi, fiers de leur appartenance régionale, mais trop souvent abandonnés par les pouvoirs politiques.

À un an des prochaines élections fédérales, la mobilisation va aller en augmentant.

 

-30-

Source :

Renseignements :

Line Sirois, 418-989-4339 / 581-323-1100

Julie Brassard, 418-617-1531

Guillaume Tremblay, 418-295-6722

Nancy Legendre, 418-750-9575

Fernand Thibodeau, 506-888-1363

Dîner conférence avec Monique Simard: Culture et ALÉNA, de quoi s’inquiéter

Le CCM organise son dîner-conférence annuel le 26 octobre prochain, qui aura lieu à la Maison du développement durable, à Montréal.

Monique Simard sera notre conférencière invitée et abordera un sujet chaud au : le traité de l’Aléna représente-t-il une menace pour notre culture ?

Pour le CCM, le dîner-conférence demeure une activité de financement importante pour assurer notre bon fonctionnement.

Les billets sont au coût de 150$ et vous pouvez vous les procurer en nous appelant : (514) 933-5915

Au plaisir de s’y rencontrer !

Travailleurs saisonniers: unis pour trouver une solution « définitif » au « trou noir »

Source: Acadie nouvelle, 9 septembre 2018

Pierre Céré, Julie Brassard et Fernand Thibodeau ont plusieurs points en communu. Les trois sont connus dans leur région comme étant de grands défenseurs des droits des travailleurs saisonniers. Depuis plusieurs mois, ils essaient également d’obtenir un tête-à-tête avec Jean-Yves Duclos, ministre fédéral responsable du dossier de l,assurance-emploi.

Lire la suite